Lettre ouverte aux partis qui se disent « loyalistes »

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

 

 

Nouméa, le 9 Octobre 2013

 

Le prochain Comité des signataires va se tenir à Paris à partir du 11 Octobre 2013.

 

Nous savons que les indépendantistes réclament aujourd’hui le transfert des dernières compétences non régaliennes, inscrites à l’article 27 de la loi organique.

 

Il s’agit de l’enseignement supérieur, de l’audiovisuel et des collectivités locales.

 

Non seulement, Le MRC affirme qu’à la lecture de la Loi organique, le transfert de ces compétences est clairement optionnel, ce qu’a confirmé le Ministre de l’Outre-Mer, Victorin LUREL, à la télévision le 29 septembre, mais nous avons alerté à de nombreuses reprises les Calédoniens sur les dangers que représenteraient ces transferts pour la démocratie.

 

Ces transferts entraineront en particulier :

*la fin du contrôle par le CSA de la neutralité des médias publics en Nouvelle-Calédonie au profit du gouvernement local,

*la mainmise, sans contre-pouvoir, des partis politiques locaux sur les règles de gestion de nos collectivités locales et leur contrôle,

*l’extension automatique du gel du corps électoral aux élections municipales, soit un électeur sur cinq à Nouméa.

 

Voter ces transferts revient à sortir de facto la Nouvelle-Calédonie du cadre de la République, et à l’amener à une situation de république bananière, favorisant des médias aux ordres,  la corruption, la gabegie, et l’exclusion totale d’une partie des habitants de la vie sociale.

 

Tout cela, alors même que les Calédoniens n’auront pas encore été consultés par référendum sur leur volonté ou non de rester dans la République, comme le prévoit l’Accord de Nouméa.

 

A l’approche des élections provinciales de 2014, les Calédoniens ont le droit de savoir quelles sont les vraies intentions de ceux qui se prétendent « loyalistes » et qui réclament leurs suffrages.

 

Aucun candidat loyaliste digne de ce nom ne peut accepter, en raison de leurs conséquences, les transferts de l’article 27.

 

 

J’accuse une partie des dirigeants à la tête de Calédonie Ensemble et du Rassemblement-Avenir Ensemble d’être prêts à céder ces compétences aux indépendantistes dans l’espoir d’obtenir l’appui, soit du PALIKA, soit de l’UC, pour contrôler le Congrès de la Nouvelle-Calédonie.

 

J’accuse ces dirigeants de tenir un double langage envers leurs militants et leurs électeurs en faisant croire qu’ils défendent la Nouvelle-Calédonie dans la France, quand ils envisagent déjà de donner encore plus aux indépendantistes par simple intérêt politicien.

 

J’accuse ces dirigeants de ne défendre que leur survie électorale et de vouloir ces transferts pour assurer leur pouvoir personnel et non dans l’intérêt de la population.

 

J’invite les militants et les électeurs de ces deux formations à exiger des prises de position publiques sur cet enjeu afin que les élections à venir se fassent en pleine connaissance de la vérité.

 

Le Mouvement Républicain Calédonien, quant à lui,  continuera à s’opposer à ces transferts, et à défendre la Nouvelle-Calédonie dans la France, gage du meilleur avenir possible pour nos enfants.

 

 

Philippe BLAISE

Président du Mouvement Républicain Calédonien

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Retrouvez nous sur Facebook

Budget 2017 : La facture de Deux de Gouvernement Germain

Mise au point : Oui au Forum des Iles du Pacifique, Non au Fer de Lance

Congrès 22 Juin 2016

JT du 18 février 2016

Interview Océane 15 septembre 2015

Interview Océane 3 avril 2015

JT du 9 novembre 2014

Réponse à Roch Wamytan au Congrès 28 septembre 2014

Interview Océane 10 septembre 2014

Interview RRB du 06 novembre 2013

Interview sur Koodji

Emission Parler Vrai sur la Sécurité

Intervention au journal de Radio Océane du 15 août 2013

interview au JT du 19 mai 2013

Nos engagements contre la vie chère

Nos engagements pour la moralisation et la transparence

Nos engagements pour la sécurité

Les enjeux de 2014