Filière Nickel : le MRC défend une politique pragmatique

L'intérêt général de l'économie calédonienne, et donc de la population Calédonienne elle-même, passe par une économie fondée sur l'initiative privée, et non par une économie revisitant des vieux fantômes socialistes, comme on essaie de nous en persuader.

 

Contrairement à ce que font croire les indépendantistes en Province Nord, KNS a pour actionnaire de référence Xstrata, une multinationale privée qui maîtrise la technologie, le capital humain, les marchés. C'est Xstrata qui a financé majoritairement le projet et en conséquence recevra une quote-part proportionnelle des dividendes donc supérieure à son pourcentage facial au capital social.

 

Certains se plaisent à le nier mais c'est bien comme cela que le montage financier est prévu.

 

La SMSP comptait sur des dividendes mirifiques de son usine de Corée pour augmenter sa participation, mais finalement elle aura dû emprunter 20 Milliards à l'AFD pour pouvoir détenir une participation toujours très minoritaire au financement, et donc aux dividendes.

 

De la même façon, la SLN n'a aucun avenir si elle n'est pas gérée par un actionnaire de référence industriel. Seul un opérateur industriel de taille internationale a la capacité d'apporter le savoir-faire, la technologie, les ressources financières et la vision stratégique indispensable à la pérennité de cet outil et donc à ses retombées directes ou indirectes pour notre économie.

 

Les partis politiques ne l'ont pas, et ce pour des raisons évidentes :

 

- leur vision est trop souvent marquée par le court terme, celui de la prochaine élection.

 

- ils ne raisonnent pas en fonction de l'avenir à long terme de l'entreprise mais de promesses envers leur électorat.

 

- Face à une crise, ils n'auront pas le courage de prendre les décisions responsables nécessaires et préféreront la démagogie à la prudence financière.

 

Or, l'activité du Nickel est fondamentalement cyclique. Les cours actuels du Nickel viennent nous le rappeler. La SLN a perdu 4 milliards en 2012. La SMSP, elle, se garde bien de publier ses bilans. Allez savoir pourquoi..

 

Si demain la SLN perd encore plus d'argent, après que nous en ayons pris le contrôle, ce ne sera plus à ERAMET de chercher des solutions pour la renflouer en puisant dans ses réserves, mais ce sera à la Nouvelle-Calédonie de le faire, puisqu'elle aura voulu la majorité. Ce qui veut dire qu'il faudra peut-être un jour lever un impôt exceptionnel sur les Calédoniens pour financer les rêves de grandeur de certains.

 

La SLN n'est pas Enercal ou l'OPT. C'est une entreprise qui évolue sur un marché mondial concurrentiel où les faibles sont mangés par les forts, comme le démontre la concentration du secteur minier depuis dix ans. Si demain la SLN est mal gérée par des élus Calédoniens incompétents, elle finira par s'affaiblir et sera balayée par ses concurrents étrangers.

 

Par cupidité à court terme on risque donc bien de tuer la poule aux œufs d'or.

 

Et si l’on veut des exemples instructifs de la capacité du monde politique local à gérer correctement des projets économiques que l'on réfléchisse à ce qui s'est passé avec la ZAC de Dumbéa-sur-mer, l'ETFPA ou AIRCAL.

 

Gérer des budgets publics, c'est à dire encaisser comme une rente des recettes fiscales pour les dépenser arbitrairement, n'a rien à voir avec gérer une opération commerciale qui doit générer ses propres recettes sur un marché compétitif où elle n'a, elle, aucune rente de situation.

 

Mais il semble que cette leçon, que le monde entier (Asie, Europe, Amérique Latine) a compris depuis longtemps, soit restée volontairement inconnue de notre microcosme politique insulaire.

 

La tentation des indépendantistes et de Calédonie Ensemble de prendre le pouvoir au sein de la SLN n'est pas motivée par une vision industrielle stratégique mais par un simple appétit de pouvoir.

 

Les indépendantistes mentent ouvertement quand ils prétendent qu'en prenant la SLN, la valeur ajoutée profitera aux Calédoniens. La preuve en est que la SOFINOR n'a jamais remonté de dividendes vers la province Nord. Les dividendes de la SMSP stagnent au sein de la SOFINOR où ils servent à financer une politique marxiste de détention par le pouvoir politique d'un conglomérat d'entreprises, comme le démontre explicitement le dernier rapport de la Chambre Territoriale des Comptes sur la SOFINOR.

 

Le modèle que veulent les indépendantistes ce n'est pas de rendre tous les Calédoniens actionnaires de la SLN mais bien de capter, à leur profit, à celui de leur clientèle politique et de leurs propres ambitions politico-économiques, un poids-lourd de l'économie calédonienne et son principal contributeur fiscal (Goro et KNS eux ne paieront pas d'impôt à la Nouvelle-Calédonie pendant quinze ans !).

 

Et pour être encore plus clair sur le piège grossier dans lequel les indépendantistes tentent de nous entraîner en proposant que la participation majoritaire au sein de la SLN soit portée par la STCPI, il suffit d'expliquer que la STCPI détenue à 50% par le Nord et les Iles et 50% par PromoSud, est gérée jalousement par la SOFINOR et que statutairement c'est 75% des dividendes qui vont au Nord et aux Iles, le Sud n'ayant qu'un misérable 25% alors que celui-ci regroupe 75% de la population.

 

Donc oui il faut que les Calédoniens soient associés aux retombées du Nickel, soit par la fiscalité, soit par des dividendes, soit par une redevance sur le minerai extrait, mais pas en laissant des politiques nous entraîner dans une stratégie opaque, motivée par la folie des grandeurs et qui aurait des effets pervers à long terme.

 

Dans l'immédiat, la première des choses pour que nous puissions apprécier la qualité économique des différents modèles industriels, ce serait que la SMSP se décide enfin à publier ses comptes. C'est bien là la moindre des transparences qu'on est en droit d'attendre de la part d'une société détenue par la puissance publique.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Retrouvez nous sur Facebook

Budget 2017 : La facture de Deux de Gouvernement Germain

Mise au point : Oui au Forum des Iles du Pacifique, Non au Fer de Lance

Congrès 22 Juin 2016

JT du 18 février 2016

Interview Océane 15 septembre 2015

Interview Océane 3 avril 2015

JT du 9 novembre 2014

Réponse à Roch Wamytan au Congrès 28 septembre 2014

Interview Océane 10 septembre 2014

Interview RRB du 06 novembre 2013

Interview sur Koodji

Emission Parler Vrai sur la Sécurité

Intervention au journal de Radio Océane du 15 août 2013

interview au JT du 19 mai 2013

Nos engagements contre la vie chère

Nos engagements pour la moralisation et la transparence

Nos engagements pour la sécurité

Les enjeux de 2014