Conflit des rouleurs : des exportations de latérite justifiées et nécessaires pour les petits mineurs.

 

 

Les exportations de latérites demandées par les mineurs vers la Chine sont utiles et justifiées pour défendre les emplois de la mine.

 

 

 

 

 

L’activité de la mine est menacée avec des conséquences sociales pour la côte Est

 

Les exportations de latérite vers la Chine sont aujourd’hui nécessaires pour préserver l’activité des petits mineurs et des rouleurs.

 

Le client traditionnel Australien QNI a baissé ses importations de latérites de moitié en 2015. L’usine de Yabulu perd de l’argent, elle a baissé ses prix d’achat et a remplacé le minerai Calédonien par des importations des Philippines.

 

Les exportations globales hors Corée du Sud sont en baisse de 23%, soit plus de 400 000 tonnes de roulage en moins sur un seul semestre.

 

Il y a donc une réelle crise d’activité pour les sous-traitants, particulièrement sur la Côte Est, engendrant une détresse sociale pour certains.


Volumes exportés au 30 juin 2015

 

 

30-juin-14

30-juin-15

Evolution

Japon

796 065

865 697

9%

Australie

942 302

465 421

-51%

Corée SMSP

615 993

1 012 922

64%

Total

2 354 360

2 344 040

0%


Pour préserver l’activité de la mine hors SMSP et ne plus être pris en otage par Yabulu il faut trouver de nouveaux clients et c’est en Chine que sont ces débouchés actuellement.

 

Par ailleurs, les petits mineurs demandent à valoriser des produits marginaux, faiblement minéralisés (teneur inférieure à 1,65%), qui, dans le nouveau contexte du marché international du minerai, pourraient être valorisés en Chine plutôt que d’être mis en décharge. On parle d’un peu plus de 500 000 tonnes.

 

Il s’agit donc de valoriser une plus large partie des produits extraits dans les chantiers miniers, sans impact sur le prélèvement de la ressource et avec un bénéfice environnemental.

 

 

 

Les exportations bénéficient plus à la Nouvelle Calédonie dans le marché actuel.

 

Sur le marché mondial il y a surproduction de nickel Métal et pénurie de minerai à cause du « ban » indonésien.  Les fondeurs paient mieux dans ces conditions nos exportations de minerai.


Si en période de cours élevés les minerais traités dans une usine offshore sont mieux rémunérés, c’est le contraire aujourd’hui. Les latérites que proposent d’exporter les mineurs Calédoniens rapporteront plus aujourd’hui à la Calédonie que le modèle offshore de la SMSP.

 

Aujourd’hui ce modèle offshore n’est pas rentable.

La SMSP a rapatrié des dividendes de Corée qui ne couvrent pas les pertes de ses mines

(https://caledonickel.wordpress.com/)

 

Dividendes perçus : 2 milliards.

Pertes de la Nickel Mining Company : 2,2 milliards en 2014, et 3,7 milliards en 2015.

 

Pour consulter les comptes de  NMC : https://goo.gl/Z0iIRI

L’exportation de latérites est donc dans ces conditions de marché une opportunité qui permet de sauver des emplois en Nouvelle Calédonie et de continuer à payer des recettes fiscales qui alimentent les caisses du pays.

 

 

 

Pour approfondir les conditions du marché, le document d'explication du Syndicat des Exportateurs de Minerai :  https://goo.gl/OKKC0f


sulter 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Retrouvez nous sur Facebook

Budget 2017 : La facture de Deux de Gouvernement Germain

Mise au point : Oui au Forum des Iles du Pacifique, Non au Fer de Lance

Congrès 22 Juin 2016

JT du 18 février 2016

Interview Océane 15 septembre 2015

Interview Océane 3 avril 2015

JT du 9 novembre 2014

Réponse à Roch Wamytan au Congrès 28 septembre 2014

Interview Océane 10 septembre 2014

Interview RRB du 06 novembre 2013

Interview sur Koodji

Emission Parler Vrai sur la Sécurité

Intervention au journal de Radio Océane du 15 août 2013

interview au JT du 19 mai 2013

Nos engagements contre la vie chère

Nos engagements pour la moralisation et la transparence

Nos engagements pour la sécurité

Les enjeux de 2014