Vers un référendum apaisé et responsable

 

 

L’Accord de Nouméa qui est constitutionnalisé, a déjà prévu que les Calédoniens décident par référendum s’ils voudront ou non le transfert des compétences régaliennes c’est-à-dire oui ou non à l’indépendance.

 

 

Aujourd’hui à part quelques uns, personne ne se prononce pour un troisième accord à tout prix. Les indépendantistes n’en veulent pas et les 2/3 des loyalistes non plus.

Il est absurde de dénigrer le référendum pour essayer de vendre une solution impopulaire dont on ne connait pas le contenu.

 

Et rappelons-le : si le Congrès ne le fait pas, l’Etat sera tenu de déclencher la consultation conformément au texte constitutionnalisé.

 A moins d’une improbable unanimité pour un troisième accord et donc revoir la Constitution d’ici 2018, la feuille de route est déjà écrite.

 

Il est juste que les Calédoniens puissent dire démocratiquement, auprès de la France et auprès de la communauté internationale, qu’ils veulent rester Français.

 C’est aussi une nécessité de le faire pour sortir de la période transitoire pendant laquelle on a mis en place des privations du droit de vote qui ne sont tolérées par la Cour Européenne des droits de l’Homme qu’en raison de leur caractère transitoire en vue du référendum.

 

A partir du résultat, que nous souhaitons majoritairement être le maintien dans la France, la discussion qui suivra sur le statut à mettre en place devra respecter le sens du choix qui a été fait.

 Si nous disons vouloir rester dans la République, le statut devra le permettre sans aucune ambiguïté et de façon pérenne.

 

Ce statut devra être robuste. Il devra être prévu pour résister aux crises, aux pressions en tout genre, à la corruption et aux abus de pouvoir que nous voyons déjà se dérouler sous nos yeux.

Il devra garantir la protection des libertés civiles et nous prémunir contre toute dérive antidémocratique avec une séparation nette des pouvoirs, ce qui implique une présence forte de l’Etat.


Notre priorité et notre responsabilité pour l’heure, avant les projets statutaires qui ne font pas l’unanimité dans un paysage politique déchiré par les querelles de personnes, c’est de préparer dans les meilleures conditions le référendum prévu par l’ADN.

Au-delà du choix fondamental pour ou contre l’indépendance, ce ou ces référendums devront être organisés sous le signe de l’apaisement et de la responsabilité sociale.

Chacun devra avoir le courage de dire aux Calédoniens ce qui les attendra, eux et leurs enfants, pour leur avenir économique et social.

 

Pour nous le choix est clair.


Notre plus grande chance, c’est la France.

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    @ChauchatM (jeudi, 24 septembre 2015 20:53)

    Je rappelle que le non, même répété 3 fois, ne change rien. C'est le principe d'irréversibilité qui intègre le corps électoral dans son périmètre. Explications ici :
    http://larje.univ-nc.nc/index.php/15-analyses-arrets-decisions/droit-de-la-nouvelle-caledonie/463-les-echeances-de-la-nouvelle-caledonie-et-la-sortie-de-l-accord-de-noumea

  • #2

    Balda (mardi, 01 mars 2016 17:38)

    De quelle France parlez-vous? Celle que les socialistes nous imposent actuellement ou celle de Sarkozy empêtré dans ses affaires? Ou encore de Bruno Lemaire, la roue de secours de l'UMPS pardon, des Républicains ?
    Cette France bradée, vendue par cette bande de hors la Loi de l'équipe Hollande à des hordes de sauvages ?
    Avouez qu'il y a de quoi être perdu. Et je ne parle pas de nos représentants locaux qui passent leur temps à se bouffer le nez. Franchement, il y à de quoi désespérer pour l'avenir de nos enfants.

Retrouvez nous sur Facebook

Budget 2017 : La facture de Deux de Gouvernement Germain

Mise au point : Oui au Forum des Iles du Pacifique, Non au Fer de Lance

Congrès 22 Juin 2016

JT du 18 février 2016

Interview Océane 15 septembre 2015

Interview Océane 3 avril 2015

JT du 9 novembre 2014

Réponse à Roch Wamytan au Congrès 28 septembre 2014

Interview Océane 10 septembre 2014

Interview RRB du 06 novembre 2013

Interview sur Koodji

Emission Parler Vrai sur la Sécurité

Intervention au journal de Radio Océane du 15 août 2013

interview au JT du 19 mai 2013

Nos engagements contre la vie chère

Nos engagements pour la moralisation et la transparence

Nos engagements pour la sécurité

Les enjeux de 2014