Interview émission Transparences RRB 6 novembre 2015

Le Président du MRC, élu de l'UCF à la Province Sud, au Congrès et à la mairie de Nouméa était l'invité d'Elisabeth Nouar sur Transparences vendredi 6 novembre à midi.

Une interview de 30 minutes pour balayer les questions d'actualité : situation économique et budgétaire, dossier Nickel et les relations au sein du camp loyaliste.



Pour écouter l'intégralité de l'émission :


https://soundcloud.com/mrc-465881579/transparence-rrb-phblaise-06112015



La retranscription intégrale de l'interview en pdf :


https://goo.gl/NPg3R1



Extraits de la retranscription


Journaliste : Les indépendantistes vous répondront que justement, il faut développer les ressources que valoriser les ressources peut permettre à la Nouvelle-Calédonie de se diversifier et d'obtenir de quoi vivre en autarcie, en souveraineté économique.


Philippe Blaise : Les indépendantistes, le problème, c'est qu'ils sont dans le discours et pas dans la réalité. J'ai entendu quelqu'un nous dire, je crois que c'était Victor Tutugoro qui disait que la Sofinor touchait les dividendes de la SMSP. La SMSP n'a jamais, jamais versé de dividendes à la Sofinor. Si la Sofinor a des hôtels, a des fermes aquacoles, c'est parce que c'est nous, dans le Sud, qui donnons de l'argent au Nord avec la clé de répartition. Donc, l'indépendance, en fait, c'est une indépendance à crédit, et aujourd'hui, le modèle SMSP, je vous ai donné les chiffres, il n'est pas probant, il ne dégage pas les ressources qui permettraient de compenser l'aide de la France, donc, les chiffres démentent totalement le discours indépendantiste. La réalité, c'est qu'en Calédonie, si nous avons des emplois, si nous avons des ressources fiscales, si nous avons de quoi payer l'école, l'hôpital, les routes, c'est parce que nous sommes dans un pays qui attire les capitaux, et notamment les capitaux de nos compatriotes métropolitains, qui viennent investir en Calédonie, parce qu'ici, c'est la France. Quand ça changera, et moi, je ferai tout pour que ça ne change pas, si ça devait changer, mais je ferai en sorte que ça ne change pas, cet argent ne viendra plus, et la Calédonie deviendra un pays pauvre. C'est ça, la réalité. Il faut dire la réalité aux gens On parle de l'avenir statutaire. Moi, ce que je veux savoir : qu'est-ce qu'on aura demain dans notre assiette, pour nous et nos enfants ?

 

 

Journaliste : C'est quoi l'ADN du MRC, sa spécificité, par rapport à tous les autres partis dans la mouvance des partisans du maintien dans la France ?


Philippe Blaise : La mission du MRC, c'est d'éclairer le public, en portant un regard critique sur le discours politique, en donnant de l'information aux gens, et en leur permettant de participer à la vie publique. Je crois que si on s'est créés, c'est parce que, à un moment, on avait le sentiment qu'on n'était pas écoutés, qu'on ne participait pas, qu'on était dans un système que je qualifierais de paternaliste, d'un côté comme de l'autre. Donc, moi, je revendique cette culture de participation, cette volonté de ne pas être dans le gourouisme en politique, parce que je pense que les Calédoniens, aujourd'hui, sont éduqués, ils exercent de grandes responsabilités dans la société civile, dans les entreprises, dans le monde associatif, et ils ont le droit d'être traités en adultes à qui on demande leur avis, à qui on demande de participer à la décision sur ce que deviendra demain la Nouvelle-Calédonie.


Écrire commentaire

Commentaires: 0

Retrouvez nous sur Facebook

Budget 2017 : La facture de Deux de Gouvernement Germain

Mise au point : Oui au Forum des Iles du Pacifique, Non au Fer de Lance

Congrès 22 Juin 2016

JT du 18 février 2016

Interview Océane 15 septembre 2015

Interview Océane 3 avril 2015

JT du 9 novembre 2014

Réponse à Roch Wamytan au Congrès 28 septembre 2014

Interview Océane 10 septembre 2014

Interview RRB du 06 novembre 2013

Interview sur Koodji

Emission Parler Vrai sur la Sécurité

Intervention au journal de Radio Océane du 15 août 2013

interview au JT du 19 mai 2013

Nos engagements contre la vie chère

Nos engagements pour la moralisation et la transparence

Nos engagements pour la sécurité

Les enjeux de 2014